CAMBACERES Delphine de

Buste (70 cm) de Delphine de Cambaceres par le sculpteur Amédée JOUANDOT (1833-1884)
Références:
Appl-lachaise.net
NOUVELLES ARCHIVES DE L’ART FRANÇAIS (Page 163)
Wikiwand.com/ Jouandot


Paris, Cimetiere du Pere Lachaise , Photographies de la tombe de Delphine de CAMBACERES "©Hatuey Photographies"
Delphine de CAMBACERES
Paris, Cimetiere du Pere Lachaise , Photographies de la tombe de Delphine de CAMBACERES "©Hatuey Photographies"
Delphine de CAMBACERES
Paris, Cimetiere du Pere Lachaise , Photographies de la tombe de Delphine de CAMBACERES "©Hatuey Photographies"
Delphine de Cambaceres
Paris, Cimetiere du Pere Lachaise , Photographies de la tombe de Delphine de CAMBACERES "©Hatuey Photographies"
Delphine de CAMBACERES

Emplacement: Situé sur le Rond Point des Travailleurs Municipaux au bout de l’Avenue CAIL, Division 48, Google Maps, GPS (48°51’46” N 2°23’33.499″ E).

2 thoughts on “CAMBACERES Delphine de

  1. KOZUBSKI

    Bonjour
    Dans cette sépulture il n’y a qu’un Antoine de Cambacérès. (branche sud américaine) n° acte 310375 – archive des cimetières parisiens.
    Pour ce qui est de Delphine, on ne trouve pas de trace en France, seulement à Caracas. Une des branches Cambacérès s’est développée en Amérique du Sud. La seule explication de la présence de ce buste réalisé par Jouannot en 1868, serait le reflet d’un lien affectif familial.
    Par ailleurs, comme on peut le lire, Le Duc de Morny (1811-1865) dont le mausolée est juste en face, n’a jamais été l’amant de cette femme. Si elle a existé, je ne vois pas comment ils auraient pu se rencontrer. Maintenant, voir si ce n’est le sculpteur qui a son initiative l’a érigé sur cette sépulture. La question reste posée. Cordialement

    • admin

      Le personnage reste mysterieux
      La famille Cambaceres s’est effectivement développée avec bonheur outre-atlantique,
      Une Delphine apparait, fille d’Antoine, mais je n’ai trouvé nulle part de retour en France de Delphine et Antoine, même si cela semble évident
      http://www.cambaceres.fr/relation/famille/famille.htm
      “En 1824, Antoine de Cambacérès débarque à Buenos Aires à la demande du gouvernement argentin. C’est un chimiste français qui a fait ses études à la faculté de Montpellier, où il a certainement suivi les cours de Chaptal. Il est chargé par le président de la République Jean Larrea du développement de l’industrie de l’huile de pied de bœuf (ingrédient chimique utilisé dans le traitement des cuirs). Peu après son arrivée, il épouse Rufina Alais, dont il aura 4 enfants : Antonino (né en 1833), Ludovica, Eugenio (né en 1843) et Delphine.”
      Pour Morny, je me suis abstenu de colporter la prétendue relation avec cette jeune femme.
      La tombe porte son nom, la Conservation du Pere-Lachaise a certainement plus d’informations j’espere sur cette tombe. Pour l’instant je ne suis pas allé les voir.
      Je prefere laisser ainsi cette page et attendre de trouver d’autres éléments.
      Merci pour l’élément ajouté au sujet d’Antoine (n° acte 310375 – archive des cimetières parisiens)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *