GUIGNABAUDET Pierre Amable (1859–1918)

Tombe du Général Pierre GUIGNABAUDET et de son épouse Alice Lecasble
Sur la stèle orné d’un médaillon du sculpteur Edouard Pierre BLIN est inscrit:
Général de division Pierre Guignabaudet né le 22 septembre 1859 tué à l’ennemi région du  Kemmel le 30 mai 1918 Commandeur de la légion d’honneur Croix de guerre

Général de Brigade le 23/09/1912 puis Général de Division le 18/12/1914, commandant la 2ème Division d’Infanterie du 16/07/1915 au 17/06/1917 puis la 41ème Division d’Infanterie du 17/06/1917 au 30/05/1918, blessé mortellement au Champ d’Honneur le 30/05/1918 au Mont Kermel (59), cité à l’Ordre de l’Armée, Commandeur de la Légion d’Honneur le 11/07/1914 (Chevalier LH le 17/05/1885 et Officier LH le 11/07/1903), titulaire de la Croix de Guerre. Sorti de Saint-Cyr en 1880 (Promotion des Zoulous) 9ème sur 352 élèves. (https://gw.geneanet.org/)

©Hatuey Photographies, Art Funéraire, BLIN Edouard Pierre. (Sculpteur), Cemetery, CemeteryPhotography, Cimetière, Cimetière du Père-Lachaise, cimitero, France, Friedhof, général, graveyard, GUIGNABAUDET Pierre Amable (1859–1918), Illustration, Militaire, Paris, Père-Lachaise, PereLachaisePhotographie, Photo Cimetière du Père-Lachaise, Sculpteurs
Pierre GUIGNABAUDET
©Hatuey Photographies, Art Funéraire, BLIN Edouard Pierre. (Sculpteur), Cemetery, CemeteryPhotography, Cimetière, Cimetière du Père-Lachaise, cimitero, France, Friedhof, général, graveyard, GUIGNABAUDET Pierre Amable (1859–1918), Illustration, Militaire, Paris, Père-Lachaise, PereLachaisePhotographie, Photo Cimetière du Père-Lachaise, Sculpteurs
Pierre GUIGNABAUDET

Emplacement:
Division 94, le long de l’Avenue Pacthod et à l’angle de l’Avenue Transversale n°3
Googlemaps

Les tombes proches:
Celles de la Division 94 , de l’Avenue PACTHOD , Ozanian ANTRANIK, Edouard DRUMONT, Goujon, GOUKASSOW, Tito LANDI, Isidore de LARA , Raphaël ROGER.

One thought on “GUIGNABAUDET Pierre Amable (1859–1918)

  1. Frédéric

    Petite précision : le général Guignabaudet a été blessé en mai 1918 près du village de Locre (aujourd’hui commune de Heuvelland), en Belgique, lors de la féroce bataille du mont Kemmel (et non “Kermel”) ; et il est mort des suites de ses blessures le 31 mai à l’hôpital de campagne 2/16 à Terdeghem (France, département du Nord). Il était né à Fournols (Puy-de-Dôme).

    Sa veuve n’est décédée qu’en 1951.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *